Anse-Bertrand

Ecrit par Guadeloupe-Guadeloupe.fr sur . Publié dans Villes & villages

plage-anse-bertrand

Le canton d’Anse-Bertrand est un arrondissement de Pointe-à-Pitre avec une superficie de 5 380 ha. La population à Anse Bertrand etait en 1990 de 4 800 hab. Les habitants de la ville de Anse Bertrand s’appellent les Ansois.

Origine du nom de la commune de Anse Bertrand:

La dénomination de Anse Saint-Bertrand où s’est implanté le bourg.

Histoire de Anse Bertrand

Dans la colonisation tardive des marges septentrionales de la Grande-Terre, Anse-Bertrand se caractérise par la lenteur de son érection en quartier, qui se détache de celui de Port-Louis Pointe d’Antigue au milieu du xvIII siècle. Dans ces terres sèches, si la culture de la canne est présente dès les débuts, celle du coton reste pendant longtemps importante, puisqu’en 1790 on compte douze contonneries pour vingt et une sucreries. Le XIXe siècle est en revanche celui du sucre, avec comme première conséquence la diminution de la population blanche, qui entre 1790 et 1822 passe de 10 % à 2 %. Vingt-cinq habitations-sucreries sont dénombrées en 1818 et vingt-quatre noulins à vent, si bien qu’en 1835 73% des superficies cultivées sont réservées à la canne, qui touche pourtant ici à la limite de respossibiités pédologiques et climatiques. Sous le second Empire, le rendement en sucre est deux fois moindre et certaines des habitations-sucreries d Anse-Bertrand ont le rendement le plus bas de tout le nord de la Grande-Terre. Dès 1864 1865, une partie d’entre elles font broyer leurs cannes par les usines de Bellevue et de Beauport, situées dans la commune voisine. Port-Louis. À la fin de XIXe siècle, Beauport rachète successivement presque toutes les terres sucrières, et domine l’histoire d’Anse-Bertrand, jusqu à sa cessation Activité en 1990.

En 1660. lors du traité de Basse-Terre, le gouverneur Houël aurait abandonné aux Caraïbes de Guadeloupe les terres les moins fertiles et les plus éloignées de la Basse-Terre. Situés entre la Pointe de la Grande Vigie et la Pointe des Châteaux, au nord-est de la Grande-Terre, ces territoires sont peu à peu occupés, aux XVIII et XIV siècles, par les champs de canne à sucre. En 1730, soixante-seize «sauvages et sauvagesses et leurs enfants» sont dénombrés. En 1825 est signalée l’existence de sept ou huit familles caraïbes, à l’Anse du Petit Portland, sur la côte est de la Grande-Terre. Un article de 1855 évoque les « derniers sauvages » réfugiés à Anse-Bertrand, à la Pointe des Châteaux et près du port du Moule. En 1882, un groupe de quinze personnes et leurs familles, descendants des Caraïbes d’Anse-Bertrand, revendiquent 200 hectares à l’extrême nord de la Grande-Terre. Leur pétition envoyée aux autorités est le dernier acte de revendication des Amérindiens.

Mots-clefs : ,

Guadeloupe-Guadeloupe.fr

Guadeloupe-Guadeloupe.fr pour vous aider à passer des vacances en Guadeloupe inoubliables. Suivez Guadeloupe-Guadeloupe sur Google +

Site guadeloupéens Utiles

Pour vous informer d'avantage sur l'archipel guadeloupéen voici une liste de sites qui pourrait vous intéresser: