Petite histoire de la Guadeloupe

Ecrit par Guadeloupe-Guadeloupe.fr sur . Publié dans La Guadeloupe

histoire-guadeloupeIl serait impossible de comprendre la Guadeloupe sans connaître son histoire qui a marqué les âmes des guadeloupéens si profondément. Même si les forts avec des canons protégeant Basse-Terre et Pointe-à-Pitre témoignent des rivalités incessantes au cœur de trois cents ans de batailles en Guadeloupe, cette histoire guerrière ne doit pas cacher la souffrance des africains asservis et les révoltes qui va conduire à l’abolition de l’esclavage en 1848.
La période de -700 avant JC à l’an 1000 a vu le peuplement progressif de l’île de la Guadeloupe par les premiers Amérindiens ayant voyagé dans des pirogues en provenance du Venezuela. Ce sont les Igneris ou Arawaks. De l’an 1000 à 1400, étant venu du continent comme leurs prédécesseurs, les Caraïbes étaient beaucoup plus belliqueux et agressif. Ils exterminent les Arawaks (ou les mangea peut-être?) Et réduits en esclavage leurs femmes.

Le 4 Novembre 1493, à son second voyage, Christophe Colomb débarque sur l’île et la baptise Santa Maria de Guadeloupe. Les Caraïbes se sont battus jusqu’à la fin contre l’invasion des Français et plus tard l’invasion des Anglais qui se battaient pour l’île. Une longue période de commerce triangulaire creusé entre les Antilles, l’Afrique et l’Europe qui serait témoin de la déportation de millions d’esclaves noirs dans les plantations. Plus résistant que les Européens aux conditions locales, elles ont permis un développement rapide de l’économie des Caraïbes. L’édit de police de 1685, mieux connue sous le nom de code noir décrit les lois qui régissent l’exploitation des esclaves, jusqu’à présent considérés comme des meubles et de l’état des esclaves affranchis.

En 1635, la Compagnie des îles d’Amérique a pris possession de la Guadeloupe et ses dépendances. Après sa faillite, la Guadeloupe a été acheté par Houël, seigneur et propriétaire de l’île. Il n’était pas jusqu’à ce que Louis XIV monta sur le trône que la France a acheté la Guadeloupe et la confia à la Compagnie des Indes. En 1674, la faillite de ce dernier incorporé Guadeloupe dans le domaine royal. Un certain nombre de Blancs a immigré aux Caraïbes espoir de faire fortune. Les travailleurs ordinaires ou commerçants, les jeunes de la classe moyenne inférieure et la plus jeune de la famille, très peu ont survécu les fièvres, le travail ou l’inactivité noyé dans tafia.
A la fin de la guerre de sept ans, les Anglais avaient occupé les Antilles. Le traité de Paris retourné la Guadeloupe à la France en échange pour le Canada. Les Antilles est devenu, à partir de là, une source confortable de revenus grâce à l’exportation et le commerce de l’Europe avec son sucre et le café.

Après avoir chassé les Anglais de la Guadeloupe en 1794, Victor Hughes a aboli l’esclavage en conformité avec la loi votée par la Convention. En 1802, Bonaparte rétablit l’esclavage et abolit les droits des gens de couleur, malgré la résistance et le sacrifice de Louis Delgrès et ses soldats noirs. Ce n’est qu’en 1848 que l’esclavage a été définitivement aboli sous la direction de Victor Schoelcher. Lorsque les anciens esclaves ont refusé de continuer à travailler dans les plantations, les propriétaires ont été obligés de recruter de travailleurs libres, principalement indiens tamoul. Mais à partir de là, le coût supplémentaire de ces salaires et de la concurrence de la culture de la betterave à sucre en Europe fait la rentabilité des exploitations sucrières fragiles. Rhum offert une alternative limitée aux producteurs de canne derniers.
Après la destruction de Pointe-à-Pitre lors d’un séisme en 1848, un cyclone monstrueux precedented par un raz de marée a dévasté la Guadeloupe et causé la mort de milliers de victimes.

En 1936, Félix Eboué, originaire de Guyane est devenu le premier Noir gouverneur de la Guadeloupe. À la demande des populations des Antilles, la Guadeloupe et ses dépendances est devenu un département, marquant la fin de la colonisation. L’économie de la Guadeloupe a été réorientée autour de la culture de bananes et de cannes à sucre nécessairent à la production de rhum qui est devenu plus populaire en France métropolitaine. Néanmoins, l’île était encore dépendante des subventions et de la Guadeloupe a connu quelques problèmes entre 1961 et 1975.

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Guadeloupe-Guadeloupe.fr

Guadeloupe-Guadeloupe.fr pour vous aider à passer des vacances en Guadeloupe inoubliables. Suivez Guadeloupe-Guadeloupe sur Google +

Laisser un commentaire